top of page
Posts à l'affiche

Synopsis de l'opéra-bouffe: Le Château à Toto

L’action est contemporaine à l’époque d’Offenbach.

Elle se déroule dans une salle gothique du château de La Roche Trompette.

Le Château est à vendre car son jeune propriétaire Hector de la Roche Trompette dit Toto (rôle travesti interprété par Aude Fabre), a dissipé sa fortune à Paris avec des cocottes.

L’aristocrate s’est fait « petit crevé ».

Le baron de Crécy-Crécy (interprété par Frank Thézan), habitant du château voisin

et dont la famille est ennemie des La Roche Trompette depuis des siècles, est bien décidé à triompher enfin de cette guerre aussi ancienne qu’incessante, en achetant le château mis aux enchères pour en faire… une écurie et un chenil.

En tant que potentiel acquéreur, il demande au «Vieux Serviteur» de la famille des La Roche Trompette (Till Fechner) de lui faire visiter le Château.

Toto doit revenir. Il fait le voyage de Paris, pour assister à la vente de son château, organisée par le notaire de l’endroit, Mr Ernest Massepain (Michel Vaissière).

Toto est accompagné par deux amis parisiens, le marquis Raoul de la Pépinière (Dominique Desmons) et la vicomtesse de La Farandole (Morgane Bertrand), deux noceurs comme lui.

Par ses toilettes et son genre distingué, Raoul de la Pépinière ne manque pas de fasciner Catherine (Aurélie Fargues). Catherine est la fermière de Toto. Elle est chargée de cultiver les terres sur la propriété du Château. Depuis qu’elle a rencontré Raoul de la Pépinière, Catherine rudoie encore plus son amoureux, un paysan des environs, Pitou (Xavier Mauconduit).

Bien qu’il se flatte d’être le « roi des gobichonneurs », Toto se sent coupable de vendre le château de ses aïeux et il est ému par l’amour que lui porte Jeanne (Margot Fillol), la fille du baron de Crécy-Crécy.


Le deuxième acte est tout entier consacré à la vente du Château. La vicomtesse aimerait bien l’acheter, elle qui est, en réalité, la demi-mondaine Blanche Taupier, et qui fut, ... autrefois, paysanne dans les environs. La vente commence.

Crécy-Crécy enchérit autant qu’il peut mais il doit céder devant le vieux général Bougachard, en fait Pitou déguisé, à qui Jeanne a confié l’argent de sa dot.

Après la vente, on boit et l’on danse.

En dansant la bourrée, Pitou perd néanmoins tous les éléments de son déguisement.

Et la supercherie est découverte. Le maladroit n’a plus qu’à se cacher dans le tas de foin que la servante de Catherine (Jeanne-Marie Levy) a entreposé dans la cour de la ferme. C’est précisément dans cette ferme que Toto, Raoul et la vicomtesse se sont installés.

Voilà le cadre du troisième acte.

Pitou ressort du tas de foin et s’enfuie lorsque paraît – sur un rappel des couplets des hommes d’armes de Geneviève de Brabant… - un garde champêtre qui n’est autre que Mr Massepain, déguisé pour mieux approcher la vicomtesse.

Le baron de Crécy-Crécy a recours à un stratagème similaire : il se déguise en facteur rural car lui aussi voudrait faire de la vicomtesse sa maîtresse.

Tandis que Catherine renonce à épouser Raoul qui s ‘avère être un simple roturier, Pitou gagne enfin son cœur en se transformant en gandin parfumé.

Le baron de Crécy-Crécy, reconnu sous son habit de facteur rural, est contraint d’accorder la main de Jeanne à Toto qui, grâce à ce mariage, peut garder son château et promet de renoncer aux plaisirs du demi-monde pour goûter aux joies authentiques de la campagne..




Kommentarer


Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page